Francoise Riganti

Gravures en aquarelle

Gravures en aquarelle ou ruiner l’image

Les dessins d’aquarelles de Françoise Riganti sont des architectures en espaces de couleur, qui surprennent par leur force et leur fragilité.

Architectures ou maisons qui abritent avec des espaces découpés comme rassemblés, côte à côte ou proches, empilés ou prolongés, elles font émerger une sensation de bloc, de masse à la fois légère et puissante.

Ces formes renferment des trésors : elles sont image de quelque chose qui contient.

La maison, en lieu construit, pensé, dans lequel l’homme évolue, devient visible dans ces images aux formes simples. L’espace paraît fermé et ouvert à la fois. Vide de présence autre que celle de l’architecture. Elles en deviennent presque abstraites et pourtant tellement présentes. L’espace de projection face à ces architectures rencontre un silence profond. Ce silence laisse place à l’autre. L’invite à entrer dans son mystère.

Des surfaces, des espaces, des murs, des pentes et dans la matière même, dans sa lumière, il y a quelque chose de mouillé fait avec quelque chose de sec. Savoir que l’aquarelle est déposée exclusivement avec une aiguille de pin : sur la surface du papier, d’ailleurs souvent fin et fragile, comme de la soie encore plein de fibres, quelque chose d’arraché, de gratté vient écorcher la surface du papier. Une usure. Une maîtrise aussi : réussir à trouver l’équilibre juste, un peu comme une gravure à l’aquarelle. On imagine alors la lenteur nécessaire, comme si le temps était tissé dans la matière de la couleur et du papier. Je vois Françoise penchée sur ses dessins et l’aiguille, les aiguilles dans ses mains, doigts, la couleur, penchée dans le faire, comme on contemple le fond de l’eau, au bord d’une autre rive.

Et l’eau devient lumière dans la couleur. Circulation dans l’aquarelle, pierres liées par cette eau devenue ciment.

Savoir que ces images parlent de lieux

Ces gravures d’aquarelle sont comme des broderies, tout aussi laborieuses, broderies de lieux, de leur image-peau.

Par ses dessins d’aquarelle, Françoise Riganti semble mettre en place une correspondance avec les mémoires d’un lieu. Une correspondance silencieuse avec des souffrances, des moments de vie, comme absorbés dans la couleur et sa matière.

Elle fabrique des maisons à partir des images de ces lieux de rupture, architectures de pierres empilées.

Résistance à l’oubli, sentinelles ou mausolées de mémoire, ces architectures d’aquarelle déploient leurs masses comme si le temps, les heures de ce qui s’appelle du dehors la patience, donnait à ces architectures un souffle de vie.Elles existent, miroitent leurs peaux de pierre et d’or et d’eau.

Atelier Alma

Maison de l’Estampe
des Grands Moulins
856 rue de Tarare
69400 Gleizé
tel : +33(0)4 74 65 59 79
e-mail : atelier_alma@yahoo.fr

Stages 2017

Télécharger le formulaire d'inscription et le planning des formations 2017

• 5 jours en mars : du 1 au 5
• 5 jours en avril : du 26 au 30
• 3 jours en juin: 2, 3 et 4
• 5 jours en juillet : du 1 au 5
• 3 jours en septembre : 22, 23 et 24
• 5 jours en novembre : du 1 au 5
• 3 jours en décembre : 8, 9 et 10

Atelier hebdomadaire d’octobre à juin